Quand le moment est passé … quand le regret s’est installé…

Classé dans : Uncategorized | 4

Chères lectrices, chers lecteurs, je suis mon élan pour partager ce que je viens de vivre avec étonnement.

J’ai choisi ce matin en guise de moment méditatif, d’écouter pleinement et en présence, le Requiem suivi par le Cantique de Jean Racine de Fauré. A surgi brusquement le souvenir d’un de ces moments qui laissent une empreinte visible ou enfouie. Un moment où on n’a pas osé parler, où on ne s’est pas arrêté dans notre vie de dingue, où on n’a pas pris le temps de dire, où on n’a pas osé prendre dans ses bras, où on a eu peur de la rencontre … et l’impossible qui a suivi car la personne est partie de l’autre coté du voile…

On reste en suspens un temps et puis on reprend sa vie, avec du regret ou de la culpabilité et parfois on oublie. C’était mon cas. J’ai été surprise car c’était un évènement que j’avais considéré comme anodin. Je ne connaissais pas vraiment cette personne qui a disparu en montagne le lendemain.

Tout en me laissant porter par la musique, je suis revenue à ce moment où j’avais fait le choix de ne pas rencontrer, de ne pas dire. Je nous ai imaginés dans une bulle de Lumière, reliés. J’ai demandé à l’Amour de nous envelopper. J’ai demandé pardon. Et en faisant cela, j’ai perçu que l’autre était resté également dans cet état de suspens,  d’inachevé, de moment passé. Il n’avait pas osé non plus. J’ai pardonné. Et je me suis pardonnée pour tout jugement, pour toute la culpabilité que je portais, sans le savoir. Même si ce n’était pas un moment perdu important, son empreinte était bien là.

On sait bien l’importance de dire l’essentiel quand les gens sont là, de regarder vraiment, d’écouter son cœur et son âme quand ils nous soufflent d’oser. On a raté la cible parfois. Je crois qu’on peut toujours revenir à ces instants que l’on considère comme loupés et demander à l’Amour d’agir. Sans oublier la leçon…

4 Responses

  1. Bos

    Merci Laurence pour ce témoignage si juste et d’une infini tendresse pour l’être que nous sommes.
    J’ai fait l’experience aujourd’hui de ne pas dire ou écrire ce que me souffle mon âme parce que pris par le quotidien et de garder à la fin de la journée une pointe de regret et une perception d’une tâche non achevée. Merci de nous rappeler la force du pardon que rien n’est définitif tout est transformable avec Amour
    AmitiéVéronique

  2. BERTRAND

    Laurence,
    Ce témoignage est vraiment utile et apporte la lumière sur la nécessité d’etre vrai avec l’autre, et de « cloturer » les relations, meme en l’absence de l’autre. C’est une belle idée de laisser aller en conscience ce que l’on a manqué. Merci encore. Amities. JL du Nord 😉

  3. Anne Corbellari Gingrich

    Chère Laurence,
    Cela fait quelques temps déjà que j’hésite à parler à quelqu’un avec qui j’ai quelque chose d’inachevé, un peu comme ce que tu décris… mais cet homme n’est pas mort, c’est juste que je me sens vraiment stupide…
    Je vais prendre ton mot comme la synchronicité que j’attendais…
    Merci pour ton blog, tes partages et tes magnifiques accompagnements!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.