Le problème est la solution … ai-je bien entendu ?

Classé dans : Uncategorized | 3

planete-terreLors d’une méditation en pleine nature, je me suis reliée à l’Esprit de la Terre. C’était la première fois que j’avais une intention consciente de dialogue.

Peut-être ai-je reçu réellement un message, peut-être l’ai-je construit, peut-être a-t-il été transmis par mon cœur, peut-être que …  En tout cas, j’ai été suffisamment époustouflée pour le partager avec vous.

En tant qu’êtres humains, nous avons l’habitude de nous définir à partir de nos différences, de ce qui nous sépare : notre culture, notre langue, nos coutumes, nos religions, notre économie, notre couleur de peau, nos vêtements, notre age, notre sexe, notre poids, nos idées, nos certitudes, nos territoires, notre QI, nos croyances, notre argent … En faisant cela, nous avons appris à laisser la peur nous guider dans une compétition destructrice.

La Terre est malade. Les êtres humains lui ont inoculé ses maladies, par bêtise, par ignorance, par cupidité, par gout du pouvoir. Elle s’en remettra. L’extrême danger est pour nous. Et en même temps, la solution est dans ce qui est en train de se produire. Tels les membres d’une famille déchirée qui se mobilisent et se serrent les coudes face à la maladie d’un proche, nous découvrons brutalement face à la maladie de la Terre, que nous la partageons , qu’elle est la même pour tous.  Nous sommes dans le même bateau et ne pouvons plus dire,  à l’arrière, que la voie d’eau à l’avant n’est pas notre problème. Nous n’avons plus d’autre choix que de laisser la compétition pour la coopération et l’émulation, que de mettre l’amour aux commandes à la place de l’ego, que de considérer que ce qui arrive à l’autre m’arrive à moi aussi.

Et si une  solution  pour que l’humanité grandisse était dans le problème écologique de la Terre. Et si c’était sa contribution acceptée  au changement de paradigme de l’humanité.

Je ne sais pas si tout cela est vrai. Je sais ce que cela me fait  : accroître mon énergie et mon envie de contribuer aux changements, accroître mon amour pour la Terre et ses habitants, m’émerveiller.  Beaucoup plus que les discours culpabilisants que je peux voir ici ou là. Ce message m’invite à coopérer avec un être conscient qui s’appelle la Terre , Gaia et à sentir son amour pour les humains, même s’ils se comportent comme des sales gosses.

 

3 Responses

  1. Despres

    Je n’ai pas parlé à la terre ma chère Laurence mais je partage entièrement. Te souhaite, nous souhaite bonne coopération avec la terre. Je t’embrasse

  2. Anne Corbellari Gingrich

    Bonjour Laurence,
    Toujours un grand plaisir de te lire!
    Ce billet m’a fait penser à ces gens super costaud, qui supportent énormément et qui accumulent les tuiles, encore et encore, jusqu’à ce que ce soit si énorme qu’ils en sont « réduits » à demander de l’aide.
    Le mal que nous avons fait à la terre est lui aussi si énorme que même les gouvernements semblent s’y intéresser. J’ai le sentiment que nous sommes au bon moment pour réveiller les consciences
    Cordialement
    Anne

  3. Laurence Aubourg

    Oui. Individuellement et collectivement, on a tous bien du mal à oser changer de point de vue sur les choses et à considérer qu’il ne sert à rien de continuer à faire la même chose , tout en espérant que le résultat sera différent . Ou qu’en attendant suffisamment longtemps sans rien faire, ça finira par s’arranger.