« Dis, ça cessera un jour la dureté du monde ? » « Descend du manège! » « Quoi ??? »

Classé dans : Uncategorized | 1

petite fille joyeuse « Je suis poursuivie par une moto et une voiture, bloquée par un bus devant moi, espionnée par un avion au dessus, je ne peux m’échapper ni à droite, ni à gauche. Au secours ! Je ne sais pas comment m’en sortir !  « 

« Descend du manège! » (ou du carrousel)

Depuis mes deux derniers articles, consacrés à la façon dont nous perpétuons  un modèle basé sur la souffrance , alors que je pensais en avoir fini avec ce sujet, j’ai continué à observer combien nous entretenons une réalité dure  avec nos pensées et nos paroles.

En m’entendant dire « j’ai du mal à voir », ça a fait comme un coup de tonnerre en moi. Mais non, je n’ai pas « de mal à voir  » , je vis simplement une difficulté à voir.

En lisant une magnifique nouvelle sur Facebook qui « allait faire un malheur » , j’ai sursauté.

En enfilant mon vieux teeshirt avec le slogan « Le bonheur des uns  fait le bonheur des autres » , je me suis souvenue que l’adage populaire c’était « le bonheur des uns fait le malheur des autres ». En gros, soit tu es malheureux pour ne gêner personne, soit « tu caches ta joie et ton bonheur » parce que tu te sens coupable.

Si la pensée et la parole sont créatrices, quel est la nature du monde où on continue à penser et dire , sans conscience, des choses aussi terribles? Quelle est la nature du lien que nous entretenons avec nous-même, dans la dureté, reflétée par les mots que nous utilisons?  Rien de nouveau … ce n’est pas un scoop… tout cela a été écrit, dit, enseigné par tout un tas de femmes et d’hommes sages depuis longtemps. Il y a une grande différence entre lire et approuver le concept intellectuellement et entendre vraiment.

Descendre du manège … oui mais comment….  Personnellement, voici ce que je fais :

  • Prendre la décision de descendre, vraiment,  du manège et demander intérieurement de l’aide
  • Intensifier la traque de mes pensées , de mes paroles et la pratique du pardon  ( j’avais stoppé  le programme d’apprentissage à distance  de la « traque » et de la pratique du pardon de soi mais j’ai répondu quand même à la demande d’une apprentie très motivée… je refais donc le programme en même temps  😉 … )
  • Observer la nature de mon regard et de mon écoute. Ca change tout de juste mettre l’intention de douceur !
  • Quand je lis ou que j’entends des expressions qui perpétuent une réalité de dureté, de séparation, de manque, de pouvoir alors je pratique Ho’oponpono et je formule une phrase alternative

 

 

  1. Anne Corbellari Gingrich

    Bonjour Laurence,
    Merci pour ces pistes.
    C’est vrai que toute cette dureté et cette violence ambiante m’agressent et me font me poser plein de questions…
    Je vais essayer de pratiquer Ho’oponopono plus souvent
    Cordialement
    Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.