Qui a décrété que la souffrance était une voie noble et incontournable pour évoluer?

Classé dans : Uncategorized | 4

Je ne peux pas m’en empêcher, chaque fois que j’entends dire que pour grandir, évoluer, réussir, avancer, se développer spirituellement, créer … , il faut passer de toute façon par la souffrance, je me révolte, je râle, je me rebelle, je questionne …

« Mais oui, Laurence, regarde bien, c’est la souffrance qui fait bouger les gens, c’est la souffrance qui m’a permis de me remettre en question et de me bouger, c’est la souffrance qui a révélé les grands artistes. Regarde comme c’est noble et beau tout ce qui s’obtient dans la souffrance. Ca a toujours été comme ça… »

Oui, et bien moi, je questionne quand même et je me dis que nous nous trimbalons bien des habitudes et des croyances anciennes à propos de la souffrance. Depuis quelques années, j’ai pris l’habitude de traquer  les pensées que je pourrais avoir à ce propos.

Tout à l’heure, au milieu d’un champ fleuri, dans la lumière de printemps, j’ai fait une méditation pour laisser émerger ce que je pourrais avoir encore comme croyance et comme attachement (si si , sans être masochiste, on peut y être attaché, inconsciemment).

J’ai observé que nous nous infligeons parfois des principes d’éducation et d’apprentissage que nous avons abandonné pour nos propres enfants. Je ne dis pas que la souffrance peut être éradiquée (encore que … ) mais qu’il est possible de  se détacher de croyances anciennes à son sujet. Tant que l’on croit , par exemple, que seule la souffrance est une voie de développement, alors , que notre volonté soit faite, c’est cela que la Vie nous propose de vivre.

Dans la foulée,  j’ai enregistré un accompagnement pour aider à prendre conscience des croyances que l’on a à propos de la souffrance et pour s’en détacher avec la pratique du pardon de soi.

Je vous le propose à ce lien. Il dure 13mn. Etant enregistré en extérieur, avec mon smartphone, il n’est pas parfait, mais je vous le propose en l’état. C’était drôle d’observer que le vent se levait et venait presque couvrir mes paroles pendant les temps de libération, comme une invitation à  être encore plus présent et actif. J’ai même eu une image de coup de tonnerre divin qui me dirait « comment ose-tu ??? » … mais oui, j’ose et finalement, le ciel ne me tombe pas sur la tête 😉

 

 

4 Responses

  1. Anne Corbellari Gingrich

    Merci Laurence pour ton texte, et ton accompagnement.
    Plus que la souffrance, je peine à me dégager de la contrainte…Faire un choix? M’affirmer? Tout cela est bien présomptueux!!! Merci de me guider sur le bon chemin… Même s’il y a encore du pain sur la planche…!

    • Laurence Aubourg

      Bonjour Anne! Quand je lis le mot ‘contrainte’, me vient à l’esprit ‘étreinte’ 🙂 Plutôt que « contre » , choisir le « et » et faire l’expérience de ce que cela change. En commençant par dire oui, à étreindre, à aimer celle qui a des difficultés à faire un choix, à s’affirmer (se dire oui ?). A te pardonner de te juger d’être présomptueuse (que j’entends pré-somptueuse, juste un pas à faire pour affirmer ta splendeur). Personnellement, ta splendeur m’a touchée pendant le dernier stage de Robert Waterman… serais-tu la dernière à ne pas l’accepter ? 😉

  2. Florence CASILE

    Bonjour Laurence et merci à toi pour cette douce manière de nous rappeler que nous avons les cles pour nous « délester » d’un fardeau que nous avons « pris » bien malgré nous parfois.Suis certaine que mes ancetres seront bien ok avec ça!
    Au plaisir de te lire à nouveau
    Florence

  3. Claudine Collet-Rubiella

    Super, Laurence !
    Oui, moi aussi je pense que la souffrance n’est absolument pas obligatoire !
    Comme dit Byron Katie, « dans la vie, la souffrance est optionnelle » ! Donc, si option il y a, c’est qu’il y a choix ! Même M. de la Palisse opinerait du bonnet ! 😀 … (et d’ailleurs, je me demande bien pourquoi tu as « entraperçu » un « coup de tonnerre divin qui [te] dirait « comment ose-tu ??? » ? parce qu’aucune conscience divine n’a jamais demandé à quiconque de souffrir, ce sont juste quelques humains qui se sont dit que ce serait un moyen bien pratique pour dominer le peuple. En quoi, ça a bien marché.)
    Reprenons : Donc, si option il y a, c’est qu’il y a choix ! Seulement, pour faire véritablement un choix, la condition sine qua non, c’est d’être conscient 1- que l’opportunité de choisir existe vraiment 2- que c’est mon poison émotionnel qui m’empêche de voir clairement cette opportunité et si ses composantes sont en accord avec mon désir profond ; 3- que c’est précisément ce poison émotionnel que j’entretiens moi-même, et lui seul, qui me fait réellement souffrir. Donc, l’option, le choix fondamental, c’est : « étant donné que ce sont mes pensées empoisonnées (ce que je prends de façon personnelle et tout ce que je suppose là-dessus) qui me font souffrir, vais-je continuer à les entretenir, ou non ? »
    Et donc, sur ce chemin, bien sûr que le ciel ne nous tombe pas sur la tête puisque nous sommes exactement au bon endroit : celui où nous permettons enfin à notre étincelle de conscience de redevenir consciente d’elle-même et de sa Source !!! Life is fantastic, isn’t it ?? 😀 Très Belle Journée, Laurence, et Bisous !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.