Considérer un habitat comme un être vivant ? …. euh, tu as fumé sa moquette ???

Classé dans : Uncategorized | 0

maisonnMa capacité d’émerveillement et de gratitude lors de mes interventions en équilibrage des lieux avec la GBR® ne cesse de croitre.

Avant tout, je ne sais pas si cette expression « fumer la moquette » est utilisée dans tous les pays francophones.  Elle signifie simplement « être dans un état second, raconter des bêtises, délirer », selon le dictionnaire Reverso.

Il y a quelques années, ma compréhension de la géobiologie était que certains phénomènes terrestres avaient une influence négative sur les habitants : les failles, les cours d’eau, des courants telluriques. On parle généralement des « ondes nocives » dans les maisons.

Un géobiologue que j’avais consulté  m’avait recommandé  de poser une grosse pierre au milieu de mon salon. Devant la réponse fermement négative de mon mari (ça ne va pas non? une pierre au milieu du salon? de quoi se fracasser un orteil tous les jours???), j’ai gentiment signifié au géobiologue que, non, nous ne procéderions pas à cela. Il a répondu que c’était irresponsable. Je vous laisse imaginer mon dilemme: garder la paix à la maison au risque de vivre dans des ondes nocives, ou ne plus en  avoir mais vivre dans le combat quotidien. J’ai choisi la paix du ménage sans pour autant être totalement tranquille.

C’était ma première rencontre avec cet univers et je ne savais pas encore que je pouvais apprendre et être autonome pour détecter failles et cours d’eau. J’ai depuis pu vérifier que dans un contexte de confiance, au moins 80% des gens sont capables de les percevoir directement ou via des baguettes parallèles. 

J’ai appris ensuite que la malchance dans une maison ou un appartement pouvait être pire: cheminées cosmotelluriques (ça fait peur ces gros machins invisibles) , entités  (au secours, ma maison est hantée) et réseaux invisibles qui mailleraient la terre et seraient très nocifs : Hartmann, Curry entre autres.

La vision globale ne changeait pas : les problèmes sont extérieurs et les habitants victimes de malchance. Il faut que des sauveurs spécialistes  interviennent   en installant  des drôles de trucs après avoir mesuré  avec des instruments bizarres. Parfois ils tapent dans leurs mains, crient, utilisent un tambour pour faire fuir des fantômes.

Ok, Ok, je caricature un peu, mais quand on n’y connait rien, on n’a pas d’autre choix que d’y croire et de faire totalement confiance , ou alors de ne rien faire du tout.

Et voici que je pratique maintenant la géobiologie et la GBR®!   Je pourrais moi aussi, en posture haute de spécialiste qui sait manier baguettes et pendule (presque une élue quoi …) intervenir chez les gens (sur place ou sur plan, c’est encore plus fort!) ,en leur parlant de tous les problèmes-pas-de-chance du lieu  et en le  « guérissant » . Je pourrais faire comme un grand ponte médecin qui soignerait les maladies des gens, des cas bien difficiles parfois, sans les impliquer, sans s’appuyer sur leurs propres ressources de guérison, sans les accompagner dans ce que la maladie cherche à leur dire, sans les écouter, sans les associer.

Si la géobiologie me permet de diagnostiquer dans un lieu des effets de failles, de cours d’eau, d’entités, etc … , comme une analyse sanguine permet de diagnostiquer un dysfonctionnement, la GBR est un véritable accompagnement et équilibrage du lieu, comme si c’était un être vivant, partenaire des personnes qui y vivent ou y travaillent.

Les résultats de ce travail d’équipe entre le lieu, les clients  et moi, sont chaque fois plein de surprises et source d’émerveillement.  Le lieu trouve un nouvel équilibre, offre tout son potentiel de ressources et soutient l’évolution de ceux qui y vivent ou y travaillent. Les clients ont participé au travail d’équilibrage (je les guide pour cela). Ils ont entendu ce que les symptômes du lieu venait leur raconter de leur propre histoire ou leur suggérer de faire pour mieux vivre, mieux travailler, mieux réussir, mieux collaborer … Ah oui, j’oubliais! pas de pierres au milieu du salon, pas de murs abattus, pas de lits déplacés, pas d’objets bizarres à installer. L’équilibrage par la GBR s’apparente à certaines approches énergétiques de soin des personnes.

En dire plus sur la pratique de  la GBR demanderait des pages et des pages. Je vous en parlerai avec beaucoup de plaisir et de passion si vous le souhaitez.   Vous pouvez également me contacter pour toute demande de renseignement , d’intervention (sur plan ou sur site), de conférence, d’atelier découverte .

Je propose aussi une offre de diagnostic rapide de lieu , sans engagement. Voir ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.