Je me sens ballottée dans plusieurs espaces-temps, c’est grave ???

Classé dans : Uncategorized | 2

Mon avant-dernier article témoignait de mes ressentis de « trop » (Submergée… immergée … émerger …). Je continue à vivre ces expériences qui m’amènent à continuer à épurer et simplifier ma vie (et à ne toujours pas utiliser Facebook, sauf pour un groupe de pratique dont je vais vous parler plus loin).

Je vis également des ressentis assez étonnants, souvent perturbants, dans ma relation au temps. Comme si ma bonne vieille habitude du temps linéaire et rassurant, découpé en tranches régulières, orchestré par une sorte d’horloge massive et éternelle, avait été reléguée dans un vieux grenier. J’ai presque eu envie de lire des ouvrages de Einstein… presque seulement! Ces expériences sont même difficiles à décrire. Je me suis d’abord dit que c’était l’âge , que c’était même peut-être une maladie. J’ai accumulé pas mal de stress dans les dernières semaines pour tenter de revenir à du connu, à du sûr, à du stable. Et puis j’ai eu le témoignage de personnes qui ressentaient des choses similaires, j’ai lu des articles éclairants à ce sujet. Ouf… soit on est tous bons à enfermer, soit nous vivons des changements profonds.

Je fais avec mes « outils » habituels pour retrouver mon axe : en parler, marcher , faire du Taichi, méditer, vivre l’ordinaire extraordinaire de ma vie (écrire, faire des gateaux, faire le clown, me réjouir d’instants partagés avec ma famille et les amis, m’émerveiller …), écouter ce que je me raconte au sujet de ce qui se passe pour me libérer de tout jugement ou croyance qui se cacherait là, accepter le « je ne sais pas » , « je ne connais pas ».

Fièrement, bravement, héroïquement, efficacement, professionnellement, amoureusement, gentiment, fermement, j’avais cru en avoir terminé avec certaines histoires anciennes, de famille ou de travail… , j’avais tellement « travaillé » ces sujets, y compris dans des sphères dites spirituelles. Ces derniers temps, je me retrouve, effondrée, dans une tourmente émotionnelle pour des situations banales et sans enjeux apparents (d’un point du vue purement rationnel). C’est d’abord violent, douloureux, comme si je revivais plusieurs émotions cumulées en même temps. C’est aussi une bénédiction, car c’est une invitation à continuer à me libérer et à rire de mon arrogance qui pourrait se raconter que « moâ, Laurence, j’ai dépassé cela depuis longtemps… ces histoires de papa, maman, lignées familiales, souffrances au travail ».

J’avais découvert le protocole « The Work » de Byron Katie il y a une dizaine d’années. Je continuais à le pratiquer de temps en temps, pour traquer une croyance. J’ai redécouvert cette pratique, lu le dernier livre (« Libre »), regardé des videos très inspirantes et aidantes. Formidable! Je n’ai gardé de Facebook que la participation au groupe de pratique. Pour celles et ceux qui ont lu mon livre, c’est une approche cohérente, complémentaire.

Voici les sites, si l’envie vous prend d’aller voir. Je sais que beaucoup des lecteurs de ce blog vivent également cette pratique.

Site en français

Site en anglais (un peu plus fourni, en particulier pour les videos)

2 Responses

  1. Olivier AUBOURG

    Laurence,
    Beaucoup de sens; de situations communes, dans ce beau texte.
    Merci de pouvoir (et de savoir) mettre des mots sur des emotions (?) que je peux aussi ressentir, mais sans savoir les expurjer, les faire « sortir ».
    Liberer la parole, liberer la Parole.

  2. Laurence Aubourg

    Merci Olivier, lointain cousin rencontré grâce à ce blog! Et quand je dis lointain, je parle de la généalogie et de notre arrière grand-père commun. Tu témoignes ici de notre proximité !

Laissez un commentaire